Évaluation suprise

Question

Un enseignant demande à ses étudiants de lire les actualités publiées dans un journal. Pour encourager ses étudiants à le faire, à chaque rencontre plane la possibilité d’une évaluation sur ces nouvelles. Les étudiants ne savent pas exactement quand auront lieu ces évaluations.  Tout ce qu’ils savent, et ils en ont été avertis en début de session et dans le plan de cours, c’est qu’il y aura trois brèves évaluations portant sur l'actualité de la semaine au cours de la session et que chacune d'elles vaudra 5 % de la note finale.

Peut-on appeler ça une évaluation planifiée ?
Est-ce que cette pratique est conforme à l'évaluation planifiée à visée certificative?

Intentions, contexte et moyens

  • L'enseignant utilise les tests surprises pour motiver les étudiants à faire leurs lectures.
  • Les étudiants savent depuis le début du cours qu'il peut y avoir des tests surprises, au nombre de 3 pour 5 % chacune.

Décision

Une évaluation planifiée doit comprendre la transparence (au sens de l'article 5.4), les dates d'évaluation et les critères d'évaluation.

Cela dit, le choix de l'enseignant de ne pas diffuser au plan de cours les dates précises peut être compensé par le fait que l'enseignant spécifie comment il choisira les moments d'évaluation afin d'éviter l'apparence de l'arbitraire.  

Par exemple, il pourrait répartir l'évaluation portant sur l'actualité tout au long de la session, à raison de 3-4 présentations d'étudiants par cours selon un calendrier déterminé en début de session.

Il peut également inviter les étudiants à participer au choix du moment. Dans  tous les cas le moment devra toutefois être connu de tous. De plus, il est toujours préférable d'avoir une trace écrite de cette communication.

Analyse

 Jugement critique  Jugement éthique
 Cohérence
  • Respect des rôles de l'évaluation.
  • Pertinence de l'évaluation selon le programme.
  • Correspondance de l'évaluation avec les intentions du professeur.
Explications détaillées de la cohérence

Quelle est l'intention de l'enseignant? Est-ce que le moyen choisi est cohérent avec le rôle de l'évaluation dans un cours? ou avec le programme d'études?

Selon l'article 4.3, l'évaluation de qualité sert les deux fonctions suivantes: aide à l'apprentissage et attestation des compétences.

Dans la pratique, il arrive parfois que l'on fasse jouer à l'évaluation d'autres rôles non légitimes : l'évaluation sélection des étudiants et l'évaluation gestion de classe.
  • L'évaluation sélection vise à départager les élèves  (forts/faibles, beaucoup d'effort/peu d'effort, etc.): on l'appelle aussi évaluation normative puisqu'on compare les élèves entre eux.
  • L'évaluation gestion de classe sert d'autres intentions: contrôler la présence, contrôler la lecture et/ou les devoirs plutôt que d'évaluer la compétence.
Dans le cas qui nous occupe, le professeur utilise l'évaluation surprise pour gérer les devoirs, ce qui n'est pas cohérent avec le rôle que doit l'évaluation doit jouer.

Est-ce que l'activité évalue la compétence?

Dans certains programmes, certaines attitudes sont essentielles, par exemple, manifester de la curiosité à l'égard de l'actualité et développer l'habitude de rester informés. Donc, il est fort possible que ce type de devoir soit très cohérent avec le programme. Par contre, d'autres activités d'évaluation ou de stratégies d'évaluation pourraient être plus cohérentes avec l'intention pédagogique de l'enseignant.
  Justice 
  • Occasion crédible offerte aux étudiants de connaitre et de comprendre leurs droits à la reprise et à la révision de note.
  • Occasion crédible offerte aux étudiants d'exercer leurs droits.
  • Situation d'évaluation qui respecte les orientations, les principes, les droits et les recours contenus dans la PIEA.
Explications détaillées sur la justice.


Est-ce que l'élève a des recours possibles?

Selon la Commission d'évaluation de l'enseignement collégial (CEEC), le principe de justice s'applique aux recours prévus pour l'élève qui désire faire réviser sa note. 

Dans le contexte actuel, l'élève qui a obtenu un "0" en raison de son absence ou une faible note en raison de l'évaluation surprise, une demande de révision de note ne pourra pas garantir la justice à son égard.


 Rigueur 
  • Situation d'évaluation qui témoigne de la démarche suivie par l’étudiant.
  • Situation d'évaluation qui permet au mieux la démonstration par les étudiants de leur maitrise de la compétence au niveau attendu.
  • Données recueillies suffisantes pour porter un jugement sur les apprentissages réalisés et les niveaux atteints.
  • Analyse des résultats qui permettent d’orienter les apprentissages futurs de l’étudiant.  
Explications détaillées de la rigueur.


L'évaluation ne doit pas servir à valider si les étudiants ont lu ou non les actualités du journal proposé. Pour vérifier la rigueur du processus d'évaluation, on pourrait par exemple se poser les questions suivantes :

  • L'étudiant devra-t-il simplement reporter la nouvelle ou sera-t-il appelé à la commenter ou à l'analyser ?
  • L'étudiant devra-t-il évaluer le traitement de l'information à partir de différentes sources pour ensuite se prononcer sur la validité de ces sources?
 Égalité
  • Situation d'évaluation équivalente pour tous les étudiants du cours.
  • Formation équivalente sur les objets évalués.
  • Mêmes résultats attendus évalués selon les mêmes critères.
  • Chances égales de démontrer les apprentissages réalisés.
  • Accès simultané à toutes les informations sur l’évaluation.
Explications détaillées sur l'égalité.


Est-ce que tous les élèves auront les mêmes chances de démontrer leur compétence?

L'élève qui est absent pour un motif raisonnable se trouve pénalisé parce qu'il n'a pas eu l'occasion de démontrer sa compétence puisqu'il ne connaissait pas le moment d'évaluation.


 Transparence 
  • Communication aux étudiants de toutes les informations pertinentes sur l'évaluation dans des délais raisonnables.
  • Disponibilité des critères d'évaluation avant la situation d'évaluation.
  • Informations et évaluation précises, claires et explicites pour les étudiants.
  • Conception et réalisation d'une évaluation qui aide les étudiants dans leurs apprentissages.
Explications détaillées sur la transparence.


Est-ce que les modalités d'évaluation étaient connues?

Selon l'article 5.4 de la PIEA, l'évaluation ne devrait jamais créer de surprise. Parmi ce qui doit être communiqué aux élèves on y retrouve les éléments suivants:
  • L’échéancier et la pondération sont remis dans un délai raisonnable avant les évaluations.
  • Les critères, la grille de correction et, s’il y a lieu, le seuil de réussite sont remis et expliqués avant les évaluations.
L'aspect qui suscite un questionnement dans ce cas est l'échéancier. Les étudiants ne savent pas quand les évaluations peuvent survenir ce qui contrevient à la transparence demandée par la PIEA.
 
 Équité 
  • Situation d’évaluation qui fait appel à des habiletés variées.
  • Situation d'évaluation qui ne favorise pas un ou des groupes par rapport aux autres.
  • Situation d’évaluation qui permet les accommodements nécessaires aux étudiants qui vivent des difficultés d'apprentissage reconnues par l’institution.
Explications détaillées sur l'équité.


Les critères sur lesquels l'enseignant se base pour décider de la journée de l'évaluation n'étant pas communiqués à l'étudiant, ceci place l'enseignant dans une situation qui peut laisser penser aux élèves que le moment choisi pourrait être la journée où plusieurs sont absents ou qu'ils n'ont pas lu les documents (apparence de décision arbitraire).

On ne peut démontrer l'équité d'une évaluation sans transparence.