Examen de reprise : droit ou privilège

Question

Est-ce qu'un enseignant est obligé d'accorder une reprise à un élève?
La reprise est-elle un droit ou un privilège?

Intentions, contexte, moyens

nil

Décision

La reprise n'est pas un droit acquis de l'étudiant comme la révision de notes. Ainsi, un enseignant peut choisir d'accorder ou non une reprise à un étudiant après analyse de la situation.  La démarche utilisée par l'enseignant est telle qu'il aurait une décision semblable pour tout élève vivant la même situation. I
l a le souci d'appuyer ses décisions sur des principes liés à l'évaluation qui expliquent pourquoi il 
accorde parfois la reprise et parfois non.

Analyse

 Jugement critique  Jugement éthique
 Cohérence
  • Respect des rôles de l'évaluation.
  • Pertinence de l'évaluation selon le programme.
  • Correspondance de l'évaluation avec les intentions du professeur.
Explications détaillées de la cohérence

L'article 4.3 de la PIEA précise les fonctions de l'évaluation, soit l'aide à l'apprentissage et l'attestation des compétences. Avant de décider d'accorder ou non des reprises, l'enseignant doit vérifier si ses situations d'évaluation permettaient d'attester que les étudiants répondent ou non aux exigences du cours comme prescrit par le programme et qu'elles étaient en accord avec les fonctions de l'évaluation.

Pour ce faire, il peut entre autres, analyser les résultats du groupe pour valider ses situations d'évaluation. 
 Justice 
  • Occasion crédible offerte aux étudiants de connaitre et de comprendre leurs droits à la reprise et à la révision de note.
  • Occasion crédible offerte aux étudiants d'exercer leurs droits.
  • Situation d'évaluation qui respecte les orientations, les principes, les droits et les recours contenus dans la PIEA.
Explications détaillées sur la justice.

La Commission d'évaluation de l'enseignement collégial (CÉEC) considère la justice (en évaluation) étant le respect des droits des étudiants. La loi leur accorde le droit de faire une demande de révision de note et la PIEA le rappelle à l'article 6.10.

Par conséquent, la demande de révision de note est automatiquement accordée à tout étudiant qui en fait la demande.  

Ce n'est pas le cas de la reprise (Section 1. Définitions : évaluation juste). La reprise est accordée sur la base du jugement professionnel du professeur et de la PIEA (voir Transparence).
 Rigueur 
  • Situation d'évaluation qui témoigne de la démarche suivie par l’étudiant.
  • Situation d'évaluation qui permet au mieux la démonstration par les étudiants de leur maitrise de la compétence au niveau attendu.
  • Données recueillies suffisantes pour porter un jugement sur les apprentissages réalisés et les niveaux atteints.
  • Analyse des résultats qui permettent d’orienter les apprentissages futurs de l’étudiant.  
Explications détaillées de la rigueur.

Le professeur doit certifier qu'au terme du processus d'apprentissage, que les étudiants ont démontré le niveau attendu de maitrise des compétences du cours (article 4.5 de la PIEA). Tout au long de la session le professeur a accumulé des indicateurs qui lui permettent et qui permettent aux étudiants de suivre la progression de leurs apprentissages.

L'étudiant qui demande une reprise peut être dans l'une ou l'autre de ces situations :
  • La performance démontrée par l'étudiant à l'épreuve synthèse est très différente de ce qui a été démontré jusqu'à maintenant. Ses résultats au cours de la session laissaient supposer qu'il allait réussir le cours. Le professeur se demande alors ce qui c'est passé lors de l'évaluation finale. 

    Par souci de rigueur, le professeur peut donc estimer qu'une évaluation supplémentaire pourrait confirmer ses observations et attester au mieux de l'atteinte finale de la compétence.
  • L'étudiant n'a pas démontré à l'épreuve finale qu'il avait atteint un niveau suffisant de maitrise des compétences du cours et cela concorde avec les données recueillies au cours de la session. Aucune des données ne permet  d'anticiper un changement significatif de performance dans une évaluation supplémentaire. Par conséquent, le professeur peut décider de ne pas accorder de reprise.

    Par exemple, un élève a une note cumulative de 20 % avant l'évaluation finale et une note de 30 % à l'évaluation finale. Sa réussite est extrêmement peu probable. 

    • Notez que cet exemple ne situe pas dans un contexte d'évaluation sommative où le poids de l'examen final fait en sorte que mathématiquement l'étudiant ne peut accumuler une somme de points suffisante pour réussir le cours. Ces pourcentages représentent un niveau de maitrise des compétences à la fin du cours et que l'étudiant ne pourra pas faire les apprentissages requis dans le peu de temps à sa disposition.

      Dans le même ordre d'idée, un étudiant pourrait arriver à démontrer à l'épreuve synthèse qu'il a presque atteint le niveau minimal attendu de maitrise des compétences du cours. Les données accumulées en cours de session devraient témoigner de la remontée de l'étudiant, même si les notes accumulées ne représentent pas nécessairement cette remontée. Le professeur peut alors juger qu'une reprise est nécessaire pour valider son jugement. Si l'étudiant réussit, il a droit à la note associée au niveau de maitrise qu'il a atteint.

  • Les données accumulées sur l'apprentissage d'un étudiant concordent avec ses résultats à l'épreuve synthèse et ces derniers sont près de la note de passage. Le professeur estime que l'étudiant aurait pu réussir à démontrer un niveau suffisant de maitrise des compétences du cours il peut lui accorder une reprise de l'épreuve synthèse. 
Dans tous les cas, le professeur peut démontrer que sa décision s'appuie sur des données probantes et qu'elle respecte la PIEA.
 Égalité
  • Situation d'évaluation équivalente pour tous les étudiants du cours.
  • Formation équivalente sur les objets évalués.
  • Mêmes résultats attendus évalués selon les mêmes critères.
  • Chances égales de démontrer les apprentissages réalisés.
  • Accès simultané à toutes les informations sur l’évaluation.
Explications détaillées sur l'égalité.


Tout étudiant qui se trouve dans une situation comparable à un étudiant qui a obtenu une reprise de l'épreuve synthèse a droit au même privilège que ce dernier.

Le professeur accorde ou non le privilège de reprendre l'épreuve synthèse en portant un jugement professionnel  sur les multiples données recueillies sur les apprentissages réalisés par l'étudiant, et ce, en accord avec la PIEA. Sa décision s'appuie sur des données probantes.
 Transparence : Est-ce que les moments d'évaluations, les objets, les critères et les résultats d'évaluation sont communiqués aux étudiants?  Est-ce que la communication s'est faite dans des délais raisonnables permettant à tous de s'y préparer?  Est-ce que la communication est accessible à tous?  A-t-on évité la surprise chez les élèves?
  • Nil
  Équité 
  • Situation d’évaluation qui fait appel à des habiletés variées.
  • Situation d'évaluation qui ne favorise pas un ou des groupes par rapport aux autres.
  • Situation d’évaluation qui permet les accommodements nécessaires aux étudiants qui vivent des difficultés d'apprentissage reconnues par l’institution.
En toute équité, tous les élèves dont la situation personnelle représente des caractéristiques semblables ont droit au même traitement.  Il ne s'agit pas d'une décision basée sur la personne, mais bien sur la situation vécue par la personne.

L'enseignant doit évaluer si les circonstances personnelles de l'étudiant ne lui permettaient pas de démontrer sa compétence lors de l'évaluation (Section 1. Définitions : évaluation équitable). S'il a un doute raisonnable que c'est bien le cas, il peut accorder une reprise à l'étudiant.

Toutefois, le professeur doit s'assurer que la décision d'accorder une reprise à un étudiant ne procure pas à cet étudiant un avantage (niveau d'exigences, bonification quelconque) par rapport aux autres étudiants ((Section 1. Définitions : évaluation équitable).