6.1 Qualité de la langue

Le Cégep reconnaît l’importance de maîtriser la langue comme outil de pensée et de communication.
L’évaluation de la qualité de la langue est intégrée à tous les cours conformément à la Politique relative à l’emploi et à la qualité de la langue française du Cégep de l’Outaouais. Lorsque les productions écrites et orales s’y prêtent, 10 % de la note est réservée à la qualité de la langue à l’exception des compétences de communication et de rédaction conformément au plan-cadre. Les modalités d'application de cette règle sont approuvées en comité de programme.

En d'autres mots...

L'article 6.1 sur la qualité de la langue

Le nouvel article 6.1, traitant de la qualité de la langue et du lien fait avec la Politique relative à l’emploi et à la qualité de la langue française vient rappeler le rôle que joue chaque enseignante et enseignant dans la poursuite de cette visée Cégep. Cela dit, il rappelle aussi que toutes les activités d’évaluation ne se prêtent pas à l’évaluation de la qualité de la langue et que les modalités de son évaluation peuvent aussi grandement varier d’un département à l’autre. À titre d’exemple, un département pourrait choisir de mettre l’accent sur l’utilisation juste de la terminologie et du vocabulaire propre à sa discipline. Les modalités d’application de cette règle devront être élaborées et adoptées par le département, le comité cours ou le comité de programme selon les cas.

La flexibilité de l’article 6.1 de la PIEA permet la latitude nécessaire pour adapter ses modalités d’application aux divers contextes d’évaluation ainsi qu’aux différents cours et programmes d’études. De plus, la détermination des modalités d’application de cet article offre une belle occasion aux départements et comités de programme d’échanger sur leurs pratiques évaluatives et sur le rôle que chaque enseignante et enseignant peut jouer dans chacun de ses cours afin de contribuer à la valorisation du français. De fait, tous les enseignants et enseignantes sont porteurs de la qualité de la langue. La Direction des études veut donc les soutenir dans l’atteinte de cet objectif commun en les outillant et en prônant les valeurs et principes de collaboration, ouverture, réflexion, accompagnement et réussite.

La Direction des études a envoyé une lettre en date du 10 juin 2014 à tout le personnel enseignant pour donner plus d'informations sur cet article. Ce courriel est reproduit intégralement à la section suivante.

Lettre de la Direction des études

Aux : Membres du personnel enseignant
Date : Le 10 juin 2014

Objets : 
  • Valorisation du français et amélioration de la qualité de la langue
  • Application de l’article 6.1 de la PIEA sur l’évaluation de la qualité de la langue
En cette Journée pédagogique et à la veille de la Cérémonie de fin d’études, la Direction des études tient à souligner à tous les membres du personnel enseignant l’importance de la contribution de chacune et chacun à la valorisation du français et à l’amélioration de la qualité de la langue de notre population étudiante.

La Politique relative à l’emploi et à la qualité de la langue française du Cégep de l’Outaouais vise à valoriser la langue française et à promouvoir son usage au sein du Cégep de l’Outaouais.

La Politique vise également, de façon spécifique, à :
  • promouvoir, tant chez la population étudiante qu’au sein du personnel du Cégep, une bonne qualité du français écrit et parlé;
  • rappeler la contribution des diverses instances pédagogiques et administratives du Cégep en matière de promotion de la qualité de la langue française.
Seul cégep francophone dans la région de l’Outaouais devant composer avec la situation frontalière Ottawa-Gatineau, le Cégep doit porter une attention particulière à la qualité de la langue française, celle-ci constituant un élément essentiel de la formation fondamentale. La maîtrise d’une langue bien articulée, bien structurée et grammaticalement correcte exige un effort particulier et constant de tous. En ce sens, [la] Politique est en appui à la mission, au Projet éducatif du Cégep et à la Politique institutionnelle d’évaluation des apprentissages (PIEA). L’application de la Politique exige donc la participation de l’ensemble des personnes qui étudient ou travaillent au Cégep.1

C’est dans l’espoir de remplir les mandats qui lui sont dévolus dans le cadre de cette politique que la Direction attire votre attention sur les informations qui suivent en lien avec l’évaluation de la qualité de la langue.

La flexibilité de l’article 6.1 de la PIEA permet la latitude nécessaire pour adapter ses modalités d’application aux divers contextes d’évaluation ainsi qu’aux différents cours et programmes d’études. De plus, la détermination des modalités d’application de cet article offre une belle occasion aux départements et comités de programme d’échanger sur leurs pratiques évaluatives et sur le rôle que chaque enseignante et enseignant peut jouer dans chacun de ses cours afin de contribuer à la valorisation du français. De fait, tous les enseignants et enseignantes sont porteurs de la qualité de la langue. La Direction des études veut donc les soutenir dans l’atteinte de cet objectif commun en les outillant et en prônant les valeurs et principes de collaboration, ouverture, réflexion, accompagnement et réussite.

De plus, il importe de clarifier et expliciter notre vision de l’amélioration de la qualité de la langue afin de réduire les écarts d’interprétation et susciter l’adhésion. Toutefois, pourquoi réinventer la roue quand le Cégep de Sherbrooke a si bien décrit cette vision dans sa PIEA?

La formation générale en français ne peut seule assumer la responsabilité du développement des compétences langagières des étudiantes et étudiants. La formation spécifique est un agent majeur dans le développement des compétences langagières des étudiantes et des étudiants puisque c’est dans les cours de la formation spécifique qu’ils apprennent à reconnaître les particularités des textes propres à leur domaine d’études, qu’ils acquièrent le vocabulaire qui y est rattaché pour ensuite utiliser ce savoir faire et ce savoir de façon adéquate et efficace. L’évaluation du français vient souligner l’importance que le Cégep accorde aux compétences langagières. Pour être efficace, cette évaluation ne doit pas avoir un caractère strictement punitif et se limiter au retrait de points. Elle doit pouvoir reconnaître les forces comme les faiblesses, comporter une dimension de rétroaction et se coller aux compétences disciplinaires pour être signifiante pour l’étudiante et l’étudiant. Enfin, l’impact de l’évaluation du français sur l’amélioration des compétences langagières de même que l’atteinte d’une certaine équité en la matière dépendent directement de la cohérence et de l’harmonisation des pratiques de correction utilisées par les enseignants et les enseignantes.2

Cette vision met en évidence que l’objectif de l’évaluation de la qualité de la langue est sa valorisation et non la pénalisation des fautes.

Il est maintenant de la responsabilité de chaque département et comité de programme de participer à la réalisation de cette vision en déterminant ses modalités d’application de l’article 6.1 de la PIEA à la suite d’une réflexion structurée sur la progression des apprentissages et l’évaluation de la qualité de la langue dans le cadre de chacun de ses cours. C’est ainsi que pour chaque activité d’évaluation, il faut se poser les questions : Est-ce que le contexte d’évaluation est propice à l’évaluation de la langue? Comment?

Les conseillères et conseillers pédagogiques ainsi que les directions adjointes des études sont disponibles pour vous accompagner dans ce processus. De plus, afin de guider votre réflexion, vous trouverez en annexe :
  1. des extraits de la Politique relative à l’emploi et à la qualité de la langue française du Cégep de l’Outaouais, de la Politique institutionnelle d’évaluation des apprentissages (PIEA) et du Guide pratique d’élaboration des règles départementales relatives à l’évaluation des apprentissages; [ci-dessous dans ce site]
  2. la version actuelle du Guide pratique d’élaboration des règles départementales. [dans une rubrique sur ce site]
Quant à l’évaluation de la qualité de la langue, le Centre de ressources linguistiques vous offre ses services ainsi que des outils telle la grille de correction commune. De plus, afin de favoriser l’amélioration continue de la langue, il faut démontrer à l’étudiante ou l’étudiant les impacts des erreurs de français ainsi que les avantages d’utiliser un français approprié.

Nous vous remercions à l’avance de votre ouverture et collaboration et vous souhaitons une bonne fin d’année scolaire, ainsi qu’une période estivale reposante et divertissante.

Jacqueline LaCasse
Directrice des études 


Extrait de la Politique relative à l’emploi et à la qualité de la langue française 

Politique du Cégep de l’Outaouais adopté le 22 février 2005.

Article 7.1 - Qualité et maîtrise du français par les étudiants

Le Cégep doit prendre les mesures nécessaires afin que les étudiants possèdent une maîtrise adéquate de la langue parlée et écrite à la sortie du Cégep.

Le Cégep encourage et soutient les activités étudiantes ayant pour effet de valoriser la langue française.

Le Cégep met à la disposition des étudiants qui en ont besoin, des moyens propres à les aider à surmonter les difficultés qu’ils éprouvent dans la maîtrise de la langue française.

Les enseignants contribuent à améliorer chez les étudiants la capacité d’écrire, de lire et de s’exprimer en français en prévoyant des activités d’écriture, de lecture et, lorsqu’applicable, de présentation verbale.

La Politique institutionnelle d’évaluation des apprentissages doit prendre en considération la valorisation du français. À cette fin, elle doit prévoir que la qualité de la langue constituera un critère d’évaluation des apprentissages dans l’ensemble des cours.

Extrait de la Politique institutionnelle d’évaluation des apprentissages

Politique adoptée le 27 juin 2011.

6.1 Qualité de la langue

Le Cégep reconnaît l’importance de maîtriser la langue comme outil de pensée et de communication. L’évaluation de la qualité de la langue est intégrée à tous les cours conformément à la Politique relative à l’emploi et à la qualité de la langue française du Cégep de l’Outaouais. Lorsque les productions écrites et orales s’y prêtent, 10 % de la note est réservée à la qualité de la langue à l’exception des compétences de communication et de rédaction conformément au plan-cadre. Les modalités d'application de cette règle sont approuvées en comité de programme.

Extrait du Guide pratique d’élaboration des règles départementales relatives à l’évaluation des apprentissages

Politique adopté le 13 janvier 2014 

Le nouvel article 6.1, traitant de la qualité de la langue et du lien fait avec la Politique relative à l’emploi et à la qualité de la langue française vient rappeler le rôle que joue chaque enseignante et enseignant dans la poursuite de cette visée Cégep. Cela dit, il rappelle aussi que toutes les activités d’évaluation ne se prêtent pas à l’évaluation de la qualité de la langue et que les modalités de son évaluation peuvent aussi grandement varier d’un département à l’autre. À titre d’exemple, un département pourrait choisir de mettre l’accent sur l’utilisation juste de la terminologie et du vocabulaire propre à sa discipline. Les modalités d’application de cette règle devront être élaborées et adoptées par le département, le comité cours ou le comité de programme selon les cas.

Notes
1 Politique relative à l’emploi et à la qualité de la langue française du Cégep de l’Outaouais.
2 Politique institutionnelle d’évaluation des apprentissages et Règles d’application (Cégep de Sherbrooke)